INSPIRATIONS Numéro 4

Shine a Light : La Grande aventure ferroviaire américaine à écouter…

 

Ce n’est jamais évident de se lancer dans l’écriture d’un article sur un album car c’est souvent un jugement personnel qui prend le dessus sur une réalité acoustique. Pas grave, pour ce Numéro 04 on prend des risques ! Il faut dire que le jeu en vaut la chandelle puisque Shine a Light est bien plus qu’un album folk, c’est une aventure américaine.

 

« Billy Bregg a fait de ce projet une aventure à partager et Joe Henry a rendu le tout possible”

Billy Bragg et Joe Henry, deux stars du rock anglais et américain (peu connus dans notre douce France), nous présentent Shine a Light un album folk qui retrace l’amérique des rails entre Chicago et Los Angeles. Enregistré dans des halls de gares, dans des chambres d’hôtels, on a très vite l’impression de laisser tomber la notion de “musique” pour partager avec eux une virée, kilomètre après kilomètre, dans une Amérique passée.

Alors oui très vite en écoutant cet album nous repensons aux Hobos qui peuplaient et peuplent encore les wagons, qui ne se posent nulle part et qui pourtant connaissent bien mieux leur pays que la plupart des américains. Tusco, El Paso, Alpine… Les cordes des guitares s’accordent et les voix des deux hommes bondissent de lieu en lieu. On apprécie, on ferme les yeux et imagine le décor filer, les odeurs de charbon nous prendre aux tripes, et le hurlement de la machinerie nous empêcher de dormir. Prochain stop San Antonio.

Billy Bregg a fait de ce projet une aventure à partager et Joe Henry a rendu le tout possible, une histoire de rencontre à l’image de celle que l’on pourrait faire sur ce quai de gare. Le train ralentit, on pose le pied au sol, il est temps d’enchaîner avec la prochaine chanson.

map_desktop

 

 

Plus j’écoute l’album, plus je revois les images de Mike Brodies capturant les enfants cachés des wagons. Ils n’ont pas vraiment de règles, ils semblent sales mais en même temps si libre. Est-ce les gens ou eux-mêmes qui se définissent Hobos ? Mike est un des leurs, on pourrait même dire qu’il est le photographe officiel de cette population… Dès son adolescence il a embarqué dans les convois et passé énormément de temps à voir le paysage défiler sous ses yeux. Entre amis, ils parcourent les États-Unis, jouent les clandestins dans tous leurs voyages et capture une vie que l’on n’arrivait pas vraiment à imager. Sa série est plus qu’authentique, elle nous offre une incroyable vérité et un regard très personnel sur cette communauté. On regarde un portrait, on vérifie la date comme si nous pensions qu’il s’agissait d’une photo datant d’une autre époque mais non, c’est bien maintenant, c’est bien une jeunesse complètement libre de tout mouvement qui ne s’impose aucune autre règle que de suivre les lignes de chemin de fer. Nous sommes impressionnés par la beauté des clichés et en même temps perturbés par le bruit que semble dégager le train. Le crissement des pièces métallique lorsque celui-ci entre en gare….

“Le pouvoir de la musique ? Transporter sans même demander la permission.”

Retour à la musique. Shine a Light continue de se jouer et je me comprends que moi-même je me suis perdu dans mes pensées. Je suis parti d’une musique et d’un bruit de train pour embarquer avec Mike Brodie dans un autre univers. Alors c’est ça le pouvoir de la musique ? Transporter sans même demander la permission. Le train siffle son dernier arrêt à Los Angeles. Billy Bragg et Joe Henry terminent “Early morning rain”, dernière chanson de l’album. Triste de ne pas aller plus loin avec eux , on se demande si nous n’allons pas simplement retourner à Chicago en ré-écoutant l’album depuis la dernière chanson…  Terminus tout le monde descend !

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply