HOME Numéro 4

Rencontre avec Djisupertramp, le dévoreur de kilomètres…

dsc04089

Quel plaisir de recevoir dans ce numéro 04 de The Two Pines, un grand nom de l’Outdoor français : Djisupertramp. Vous ne le connaissez pas ? Et bien cet interview est d’autant plus faite pour vous. Véritable dévoreur de kilomètres, ce blogueur, photographe, journaliste, voyageur… ou appelez-le comme vous le voulez, arpente le monde pour nous en sortir les plus belles images. Nous prenons plaisir à rentrer dans son quotidien, comme caché dans sa valise, à voir à travers ses yeux et à le lire article après article. Alors quand il a répondu à notre invitation par un “oui” enthousiaste, on savait déjà que ce numéro 04 serait un agréable roadtrip.

Mais quand on s’intéresse un peu plus à l’envers du décor de Djisupertramp, on se rend compte qu’il y a des heures de boulots, la volonté de prendre les choses au sérieux et de ne pas simplement être le voyageur qui pose son sac à un endroit avec un sourire simplet. Non, il y a la volonté de construire du contenu de qualité et de transmettre la passion du voyage à tout le monde. Prenez donc place dans cette discussion, Djisupertramp nous en dit plus sur lui, sur ses projets et sur les pays qu’il a pu visiter.

 

“Un voyage, c’est une folie qui nous obsède, nous emporte dans le mythe.” Sylvain Tesson

 

 

Pour débuter cette interview, on aurait pu te présenter en utilisant ta biographie Facebook : French adventure enthusiast, traveler and mountain lover with a deep passion to tell stories in the outdoors. Mais peux-tu nous en dire plus ? Qui se cache derrière tout cela ?

Je m’appelle Jérémy, j’ai 27 ans, je vis à Lyon et je suis un véritable passionné de belles images et d’Outdoor. J’adore le ski, le VTT, le surf, la rando et tout simplement être en voyage ou en montagne, mon but est de montrer que chacun peut vivre de belles aventures mais surtout ce qui prend de plus en plus le pas c’est d’essayer de transmettre ma passion pour l’Outdoor et les “vraies” aventures, même si ce mot ne veut plus dire grand chose aujourd’hui tellement il est utilisé.

 

Un jeune français qui un jour a voulu aller plus loin que les frontières de son pays. Comment est venue l’envie et l’idée de partager tes voyages avec ta communauté ?

J’adore la France, je ne la fuie pas, je passe beaucoup de temps en week-end dans les Alpes notamment et je pense qu’on a l’un des plus beaux pays du monde mais j’aime aussi voyager, partir en roadtrip et voir comment c’est “ailleurs”. Il y-a 6 ans, je partais pour 6 mois en van autour de l’Australie et j’ai commencé à écrire pour ma famille, je n’ai finalement pas partagé autant que j’aurais voulu mais j’ai eu envie de tout reprendre de zéro et ouvrir ça à d’autres gens. Je n’ai jamais cessé depuis, je ne blogue toujours pas autant que j’aimerais, souvent faute de temps mais j’ai envie de vraiment m’améliorer sur ce point car je reste vraiment passionné par cette notion de partage avec ceux qui aiment suivre ce que je peux faire.

 

dsc00895

 

Djisupertramp est né ! ( vive Djisupertramp ) Tout le monde se demande pourquoi ce nom ? Je pense même qu’on te pose souvent la question…

Haha, “dji” est tout simplement mon surnom par mes proches et lorsque je cherchais un pseudo à l’époque en 2008, j’écoutais beaucoup le groupe Supertramp, j’ai aimé ce que ça signifiait et “Djisupertramp était né”.

 

Quand on regarde tes contenus, et quand on te suit depuis pas mal de temps, on voit bien que tu n’es pas seul dans cette aventure. Il y a ton autre moitié avec toi ? C’est pas juste parfait de partager tout cela à deux et d’avoir rencontré quelqu’un qui voit le monde comme toi ?

Oh que si… Je crois que ça ne serait pas pareil, on est sur la même longueur d’onde pour les voyages qu’on aime faire, pour le temps passé à faire des images, on a chacun nos univers et nos blogs et pourtant on se complète vraiment bien en voyage. On ne voit pas les même choses et ça nous permet de voir un même lieu deux fois d’une certaine façon, on a une vraie symbiose en voyage, on booste la créativité de chacun et ça nous permet de profiter ensemble de manière encore plus belle que si on l’avait vécu seul je crois.

 

Alors si on rentre dans la partie plus matériel, on remarque que tu utilises pas mal de caméras différentes non ? On voit des photos en GoPro HERO5, des clichés et des vidéos en drones mais aussi une caméra Sony… Tu emportes quoi en général et qu’est-ce qui te semble indispensable ?

Je m’équipe avec le matériel qui me permet de faire les images telles que je les imagine sans forcément être attaché à une marque. Et pour tout vous dire, en ce moment je suis en pleine phase de changement de matériel…

 

« …le dépaysement et ce sentiment de liberté que le voyage nous apporte. »

 

Voyager c’est avant-tout rencontrer des gens, des populations et des cultures. Est-ce vraiment évident d’arriver dans un pays et de rentrer en contact avec les gens ? Je suppose que vous avez eu des mauvaises expériences ?

On voyage essentiellement pour les émotions que la découverte d’un nouveau paysage nous procure, pour l’émerveillement, le dépaysement et ce sentiment de liberté que le voyage nous apporte. On ne cherche pas à forcer les rencontres, on les prend comme elles viennent pour garder leur spontanéité. On connait des voyageurs qui partent encore plus rencontrer les locaux que nous, on aime ça aussi mais on ne se met pas en quête de la rencontre, on laisse faire les choses, mais on a jamais eu de mauvaise expérience dans nos rencontres à ce jour.

 

dsc02722

 

Sûrement la question la plus bête mais… un pays que tu as aimé et un que tu as détesté ?

C’est la question à laquelle je ne peux pas répondre, j’aime tous les voyages que j’ai fait, à chaque fois pour des raisons différentes car je ne pars pas en Inde ou aux Philippines pour les même raison qu’au Canada ou aux Etats Unis. En revanche, les roadtrips dans le Montana, Wyoming, Idaho, Washington, Oregon… sont certainement ceux qui m’ont le plus apporté le plus d’émotion et de liberté.

 

Tu le dis clairement, tu es un accro de la montagne. Qu’est-ce que tu retrouves là-haut que tu n’as pas dans les autres endroits ?

La Montagne m’apporte ma dose d’émerveillement, d’aventure et dépassement de soi qui a un côté addictif. Les paysages et les ambiances là haut sont toujours irréelles et c’est ce qui me pousse à y revenir encore et toujours.

 

L’Outdoor est en train de connaître un véritable essor ces dernières années. On a l’impression que toutes les grandes enseignes veulent montrer qu’elles y mettent un pied. Comment vois-tu cet engouement et comment l’expliques-tu ?

Je dirais qu’il y-a l’Outdoor “hipster” qui décolle depuis quelques années et l’Outdoor qui existe depuis des dizaines d’années avec des marques pionnières comme Patagonia, The North Face, MEC, Black Diamond, Arctery’x… Je dirais que si l’Outdoor “hipster” donne envie aux gens de passer plus de temps dans la nature alors c’est une bonne chose par contre j’aimerais que la sensibilisation autour de la protection de l’environnement et vienne avec. J’en ai marre de voir et ramasser des déchets quand je vais dans des endroits sauvages juste parce que certains en ont rien à faire, c’est l’un de mes nouveaux combats que de sensibiliser les gens un peu plus et faire qu’on puisse tous profiter de la nature sans pour autant la dégrader. Je suis énormément inspiré par différents documentaires que j’ai pu voir comme Dam Nation par exemple, qui me donne envie de faire pareil. Utiliser mes compétences en images pour illustrer, donner de la visibilité à des problèmes environnementaux pour faire réagir les gens. Tout n’est pas catastrophique évidemment mais il y-a de nombreuses choses qu’on pourrait très largement améliorer, rien qu’à l’échelle d’un individuel. J’aimerais arrêter de partir en rando en trouvant des déchets (sacs plastiques, bouteilles…) les gens les ont monté pleins mais ne les redescendent pas vides, c’est un non sens total et ça créé des dégâts énormes sur l’environnement. J’ai grandi dans un petit village d’une poignée d’habitant et depuis tout petit j’ai toujours été effaré de voir la quantité d’eau utilisée pour l’irrigation alors même qu’il pleut non stop depuis des jours, quand je vois aussi la pollution dans la vallée de Chamonix, ou les décisions politiques prises dans certaines vallées et stations de ski, c’est révoltant. Je ne suis pas un militant pur et dur, mais je tiens à ma planète et j’ai envie qu’on retrouve ce respect pour elle qu’on a perdu en quelques sortes, je veux utiliser ma passion pour l’image pour mettre en exergue ce genre de sujet qui me révolte pour essayer d’apporter la lumière là dessus et montrer que des solutions sont possibles et que chacun est invité à se sentir concerné. C’est en ce sens qu’on a lancé notre association Captain Yvon, on aime profondément la nature sous toutes ses formes et on veut, de par nos images, sensibiliser les gens à la nature, aux activités Outdoor et aussi à protéger ce terrain de jeu que l’on chérit tant.

 

Djisupertramp est un artiste, un site internet, un guide pour de nombreux voyages… Mais que sera-t-il demain ? C’est quoi les projets futurs ?

Ces dernières années, j’écrivais moins, partageais moins sur mon blog et j’ai envie de renouer avec ça, de partager un peu plus et mieux, ajouter cette dimension de la protection de la nature qui me tient à coeur depuis beaucoup de temps, m’engager un peu plus avec certains associations en faveur de la protection de la nature. Sensibiliser en créant des documentaires en alliant ma passion pour la nature, pour l’Outdoor et les belles images. C’est en ce sens où j’ai lancé notre association Captain Yvon avec mon pote Gregory (http://instagram.com/santadenn) pour vraiment promouvoir, sensibiliser, donner envie aux gens d’aller dehors mais de respecter leur terrain de jeu et montrer que chacun peut faire une différence. Je dirais que Djisupertramp changera peu mais changera beaucoup à la fois. Je veux garder mon univers mais assumer ma vision des choses d’avantages, m’engager un peu plus dans ce qui me tient à coeur et développer ça pour mes voyages et mes sorties Outdoor.

 

drone2

dsc01194

dsc06975

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply