ADVENTURER Numéro 4

La légende de la route des baleines

« Ici c’est une réserve naturelle, c’est pas Marineland. » Il ne faut que ces quelques mots d’une guide locale pour comprendre. Des Baleines il y en a, est-ce qu’on en verra… Et d’ironiser « les Beluvagues en revanche vous escorterons sur tout le Saint-Laurent ». Les Beluvagues ? C’est cette illusion d’avoir vu un Beluga – petite baleine à bosse dont la couleur laiteuse se confond merveilleusement bien avec les reflets du soleil qui dansent sur les vagues du Saint-Laurent. Pour justifier un peu plus cette illusion, elle ne manque pas de nous avertir qu’il ne reste plus que 300 spécimens de cette espèce à travers les océans. Nous sommes prévenus. Sur la route des Baleines, les Baleines sont un moteur mais il faudra trouver l’essence ailleurs pour progresser sur cette route.

 

Il ne nous reste plus qu’à nous installer pour quelques jours {…} et jouer à l’aventure.

 

img_20161128_151137

img_20161128_151234

 

La population locale a fait de la route des Baleines un boulevard touristique et économique. Artisanat, expéditions, hôtellerie, tout est Baleine. Notre bus avance vers les Grandes Bergeronnes, notre lieu d’observation, et à mesure que nous montons (avançons vers le Nord), l’immensité se dessine un peu plus grande. Face à elle, notre rêve se fait tout petit. Du moins celui qui a nous a conduit sur cette route, parce qu’un autre rêve va alors émerger. Bien sûr nous continuons de croire que nous les verrons bridger haut et fort sous nos yeux. Ce serait incroyable. Mais nous réalisons. Donc très vite, les paysages, la conscience d’être présents ici, la fraîcheur d’un côté, la chaleur de l’autre, les couleurs, nous suffisent. C’est un autre rêve qui commence.

Le bus s’arrête sur un coin de route. Stop. Le chauffeur : « Grande Bergeronnes ! ». C’est pour nous, on se précipite, on attrape nos sacs en soute. Le bus démarre et disparaît derrière un rideau de poussière. C’est ici. Les paysages, la conscience d’être présents ici, la fraîcheur d’un côté, la chaleur de l’autre, les couleurs. C’est un autre rêve qui commence. Il ne nous reste plus qu’à nous installer pour quelques jours, monter notre petit repère, se balader, observer et jouer à l’aventure.

 

img_20161128_151836

img_20161128_142336

img_20161128_151448

img_20161128_151336

 

On part se perdre dans les sapins (en réalité nous sommes sur un sentier balisé, mais nous aimons penser que nous nous enfonçons dans les bois, à l’inconnu). On trouve notre tente, on lâche les sacs, on constate la tranquillité du lieu. Le tour du propriétaire est fait. On attrape nos jumelles, un thermos et c’est parti. Quelques minutes d’observation et déjà les jumelles sont en berne. Ça y est. La patience, vertu glaçante de l’hiver, recouvre maintenant la chaude excitation du départ. Retour au campement, on fait bouillir de l’eau, on se contente de peu pour le dîner (une soupe et des crackers. Il y aura quelques carrés de chocolat pour le dessert qui fonderont et glisseront dans le flôt de quelques lampées de thé), et la nuit tombe. C’est fini pour aujourd’hui. Place aux étoiles. Aux gelées nocturnes. Demain sera fait des mêmes illusions. Mais nous apprenons la patience et ne désarmons pas les jumelles. Surtout lorsque, au réveil, un puissant geyser d’eau salée venue du Saint-Laurent accompagne une sortie pipi. Le froid de l’aube se réchauffe instantanément. Le reste de la journée glissera vers une douce désillusion. Sans amertume. C’est le jeu. Et l’approche discrète en kayak n’y changera rien.

 

night-bergeronnes

img_20161128_152322

 

Ce n’est pas grave, on a prit l’air et le vert. Merci pour cette invitation aux Grands Espaces.

 

Neuf fois sur dix, ceux qui emprunteront la route des Baleines n’auront aucune histoire de baleines à raconter mais une belle morale à rapporter : on ne dispose pas de la nature. Quand on lui rend visite, on respecte notre hôte, déjà si généreux. La nature s’apprend, elle se comprend, elle demande du temps.

 

img_20161128_152415

img_20161128_151518

img_20161128_151548

img_20161128_151309

img_20161128_152513

received_10154284679724285

img_20161128_152002

img_20161128_151612

 

 

 

 

 

 

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply