INSPIRATIONS Numéro 3

LES BONNES BASES : Rencontre & « planches à roulettes »

Vous vous souvenez de ce collier de coquillages que vous conceviez spécialement pour votre maman ? Ces heures passées à trouver la plus belle forme, à retravailler l’ensemble, à unir la partition et à finir la coloration de l’objet… Elle était belle cette époque où le travail se faisait avec les mains et se terminait par beaucoup de coeur.

Dans ce Numéro 03, nous avons eu la chance de découvrir une marque de “planches à roulettes” qui fabrique ses objets avec beaucoup d’attention. Pour ne pas trop vous en dévoiler, nous voulons simplement mettre en avant la philosophie qui règne chez LES BONNES BASESdésirer faire , adhérer osersubir exiger. Depuis leur camp de base situé à Cherbourg, nous avons laissé ses fondateurs nous en dire plus sur leur vision du skate, de l’artisanat et de tout ce qui peut enivrer leur monde si graphique. On se rend rapidement compte que le skate n’est pas simplement une question de planche et de roulettes.

 

Nous vous avons découvert à Paris, aux Ateliers Paris, et l’envie d’en savoir plus est née. Alors qui se cache derrière Les Bonnes Bases et comment la marque a vu le jour ?

Willy des Ateliers Paris a eu le coup de cœur pour nos planches, et nous pour lui ! Il nous a accueillis les bras ouverts dans son bureau-lieu-café-boutique, comme si c’était encore possible aujourd’hui sans autres formes de rétribution ni sans nous connaître… Bravo, dans la continuité de ce qui nous vaut de te répondre, « on dit merci », « beau geste » et « bel esprit » !! C’est un super endroit à découvrir pour un paquet de raisons, ce genre qui donnent envie de revenir. Finalement, il n’y a peut-être pas de hasard, on devait passer là, et vous aussi pour nous y trouver !

L’initiative des Bonnes Bases est poussée par un studio de design graphique créé en 2009. Nous sommes trois aux commandes, notre cœur de domaine est la conception de systèmes identitaires pour des clients aux problématiques diverses. Ces projets nous emportent dans des mondes chaque fois différents, en déformant souvent le cadre théorique de nos interventions… Bref, une passion et un métier qui nous amène la plupart du temps à préparer le terrain en faisant pas mal de pédagogie autour de notions essentielles pour nous, qu’on pourrait résumer en quelques phrases : « les solutions ne sont pas toujours là où on les attend », « la complexité est importante », « la chronologie dans la découverte d’une chose participe à faire cette chose », « on a certainement intérêt à assumer sa singularité », etc.

Il y a un peu plus de deux ans, l’idée nous est venue de monter une exposition sur l’intérêt et la force d’une démarche design, dont le but aurait été de confronter nos interlocuteurs à un résultat, un fruit de cette démarche, plutôt que de les ennuyer avec nos explications… Nous avons très vite regardé nos skateboards avec un oeil critique, en nous disant que si nous pouvions inviter quelqu’un à ralentir et prendre le temps d’envisager une planche à roulette avec intérêt, quelque soit son âge ou son histoire, nous serions sur la voie de notre démonstration. L’expo n’a jamais eu lieu, mais notre initiative était lancée : dès les premières réalisations, on a noté un vrai engouement, tant de la part des pratiquants que de ceux qui n’avaient jusque là pas une grande estime de la discipline. Le titre de l’expo aurait été quelque chose comme « et si on s’appliquait ! », c’est devenu LES BONNES BASES pour marquer le contraste qu’il y a souvent entre le potentiel d’une chose et nos idées reçues à son sujet.

les_bonnes_bases_numero

Cette initiative a donc mué en une marque sous laquelle nous éditons des planches dans une totale liberté, nous sommes notre commanditaire parfait ! Depuis nos premières boards fin décembre 2014, nous confrontons constamment notre travail à nos intentions initiales. Le but n’était pas de vendre, le concept est donc ni simple à cerner, ni facile à mener, ni comparable aux pratiques du marché !! C’est un ovni dont nous gérons le plan de vol, en tout cas on a bien l’impression d’être des extra terrestres parfois… Nous sommes passionnés de design et de glisse en tout genre, LES BONNES BASES nous permet d’allier nos passions, de télescoper des univers différents et de faire des choix sans concessions…  Nos planches sont la partie émergée de nos envies — il faudra un article complet pour regarder sous l’eau et voir tout ce qui nous motive.  Comme tu l’as dis, LES BONNES BASES cache notre besoin d’inviter à faire plutôt faire que désirer, à oser plutôt qu’adhérer, et à exiger plutôt que subir : notre projet est né du constat que nous croulons sous une quantité d’objets à la valeur éphémère,  que nos avis sont préparés, au point qu’il nous devient même difficile de regarder ce qui nous entoure avec un regard neuf. LES BONNES BASES cache un skateboard qui propose d’être un peu plus critique et exigent dans nos choix : quelque chose doit se passer ! Notre intention est de réveiller quelques regards, d’inviter à toucher et ressentir de vraies émotions, à interpréter et imaginer l’intention qui les motive et peut-être faire naître l’ambition de donner du (bon) sens aux choses…

C’était évidement utopique d’imaginer que nous pourrions réveiller les consciences avec des roues et du bois. On démontre au moins qu’il est possible de ne pas reproduire les modèles usés par nos voisins, en proposant d’agiter nos neurones autant que nos sens. Voilà pourquoi nous en sommes là ! on s’est juste fait emportés par une envie qui nous motive toujours autant !

 

Nous avons même un surf de fonction plutôt qu’une voiture, ça sert plus souvent

 

Basée à Cherbourg, on sent à travers la marque une certaine fierté de vos racines. Un site qui se termine en .ch, des objets dérivés qui mettent clairement en valeur la ville… C’est une belle manière de dire aux gens que tout ne se passe pas forcément dans le sud-ouest non ?

Vive le sud-ouest, ou Paris d’ailleurs, nous disons surtout que tout se passe partout ! là encore, sortons des clichés. Région d’origine ou d’adoption, nous avons chacun pas mal voyagé avant de nous installer ou revenir dans le Cotentin. Nos âges et nos parcours de vie sont très différents, et à nous trois, nous cumulons quelques années de vie aux quatre coins de la France et à l’étranger, presque partout ! Le Nord Cotentin n’est donc pas un hasard : ce bord de terre est magique, à trois heures de Paris mais à mille lieux de l’idée qu’on sen fait — vous pouvez me croire, je ne suis pas du coin !

Ce que nous y partageons surtout tous les trois, c’est la mer. Elle est puissante, c’est vraiment quelque chose. Avec des cotes différentes au nord, à l’est et à l’ouest, on dispose d’un terrain de jeu fantastique ! Nous avons même un surf de fonction plutôt qu’une voiture, ça sert plus souvent ;).

Le « .ch » étonne et déstabilise : « c’est quoi ces Suisses qui fabriquent en France ?! ». On a emprunté le .ch mais le .fr fonctionne tout aussi bien… ça nous amuse d’interpeller jusqu’à notre nom de domaine… qui est lui aussi à prendre tel quel ou à interpréter… en tout cas, en creusant un peu et avec un peu de réflexion, on se rend compte qu’un simple détail peut déjà dire beaucoup de choses…

 

dsc_0192

 

Ce qui m’a beaucoup plus dans votre “À propos” c’est cette petite phrase d’introduction qui se ponctue d’un “de sérieuse raisons d’exister”. Vous a-t-on dissuadé de lancer la marque ou est-ce simplement la volonté de dire que travailler avec son coeur et ses mains est encore possible ( et doit l’être !) ?

À la réflexion, oui !! on nous a dit une fois de ne pas se lancer là dedans, de continuer de faire ce que nous savions faire, et chacun chez soi !  c’était au tout début, et ça nous a mordu : on était bien dans notre sujet, c’était la bonne voie !

Nos planches sont avant tout faites pour le plaisir de les skater — ce sont des skate, pas des formes de skate . Ca nous a d’ailleurs pris beaucoup de temps pour les dessiner, parfaire les moules, choisir pour chaque shape le bon concave, les tails et noses relevés comme il faut, le bon flex,… Mais au-delà de leur fonction évidente, on s’applique à leur donner d’autres raisons d’exister. L’idée maitresse est que leur valeur soit une valeur perçue, rien à voir avec quelque chose de reconnu. Exit les Simsons à poil ou les Spiderman tous lisses, les têtes mexicaines ou les graphs en séries… On ne connait pas notre nom, on s’arrête juste pour observer, toucher, interpréter, imaginer, réagir, profiter. C’est très personnel, le lien peut devenir viscéral, c’est jouissif de filer avec !

 

On fait tout ça pour dire « faites pareil ! », dès que vous entreprenez un travail, soyez ambitieux et appliquez vous ! Ce qu’on obtient vaut le coût !

 

Ok, ça prend du temps. Chaque modèle est longuement réfléchi :  il faut choisir les essences de bois, encoller les feuilles, presser , surveiller le refroidissement et le séchage, découper, poncer et vernir plusieurs fois… et le Quel message, et sous quelle forme ? quelle portée (au premier degré comme au 10ème) ? puis graver, nettoyer et homogénéiser et vernir les fonds, et enfin équiper les plateaux… Tout ça pour n’en éditer que quelques exemplaires (parfois un seul), on s’attache à chaque planche. Cette édition ultra-limitées accompagne notre démarche : cela oblige à choisir, à prendre une décision qui engage la suite (ne plus jamais la retrouver si on a pas osé par exemple). Ce ne sont pas des pièces uniques pour en faire des oeuvres ; c’est juste comme nous, des pièces différentes auxquelles on peut se lier pour de vrai affinités.

Nos planches ont leur caractère. Les motifs s’inspirent, rappellent ou suggèrent les injonctions faites aux enfants. « Tiens toi droit », « Tu en mériterais une », « Grandis un peu » , etc. : à chacun de les prendre tel quel ou de les interpréter … Le skateboard, et la glisse en général, est une discipline ingrate : les gamins dans la rue prouvent leur persévérance, leur concentration, leur application, parfois leur courage, car chaque erreur se paye… Le tout sans rétributions nos score à la fin, c’est dur ! C’est d’ailleurs paradoxal que celui qui pense être le premier des rebelle s’auto inflige une pratique aussi sévère : imaginez qu’on vous casse le bras pour un faute d’orthographe ! ça, c’est de l’instruction ! c’est un sport, un jeu… Mais sans doute aussi un outil qui développe et symbolise cette volonté d’apprendre et de parfaire ses acquis, comme un bon artisan qui travaille son geste. On prend du plaisir à faire et à oser, et souvent en repoussant ses limites… ça forme, ça prépare ! Il ne fait aucun doute que grandir sur une planche, c’est être bien élevé : on assume le décalage !

 

Si on remonte le temps, à quoi ressemblait la première board ? Celle d’où la marque est née ? Je suppose qu’il y a dû avoir des tests maisons avant de commencer ?

Il y a eu de nombreux tests, des heures passées à dessiner les shapes, des déconvenues, des planches vrillées, des planches trop souples… On a fait pas mal de tests sur le sens des fibres de bois, leur épaisseur, leur nombre, la qualité structurelle des différentes essences pour trouver la flexibilité et la solidité souhaitées.

On a commencé par un petit cruiser (24 pouces) et une street. Les deux étaient en érable, nous travaillons aujourd’hui avec des plis de hêtre pour l’âme du skate, notre « érable » endémique Europe… du coup, notre bois bien des forêts froides de bourgogne, c’est moins loins que le Canada ! L’idée du petit cruiser était de faire un plateau minimal en conservant la géométrie d’une planche pour adulte (elle a le même empattement que notre street, ce n’est pas une mini planche). Elle se glisse facilement dans un sac, elle rentre dans un bagage cabine. C’est le couteau-suisse (« .ch » ??!) : on dit souvent que skater tout le temps, c’est pouvoir faire tout le reste en même temps ! La street était pour nous un exercice obligé, on a aujourd’hui décliné sept shapes qui vont du petit cruiser au longboard, de la planche typée descente au skate old school. Nos planches correspondent toutes à des pratiques et des choix de glisse : se déplacer, cruiser, carver, s’aventurer dans le bowl, passer des tricks, descendre et slider… Elles sont toutes d’un relatif faible encombrement.

Note que comme on fait rien de simple, chaque cruiser porte le nom d’une famille de polices d’écriture : il y a chaque fois de vrais analogie entre l’histoire de ces dessins et ce qui a motivé nos choix de formes.

 

feuilles_hetre-lesbonnesbases

les_bonnes_bases-shape-1

 

La carte présente sur votre site en dit long sur le taff qui peut se cacher derrière la planche, pouvez-vous nous en dire plus sur le processus ? Sur la rencontre avec les fournisseurs, le lancement … ?

Coupe du bois, transformation en feuilles, moulage, design, gravure, toutes les étapes de fabrication de nos skateboards sont faites en France. Ils sont faits de bois Français (sauf le noyer qui est US, si quelqu’un a un fillon pour se procurer du noyer français de super qualité, n’hésitez pas !! tous sont issus de forêt éco-gérées), et sont moulés dans le Sud-ouest avec le concours d’artisans sensibles à notre approche, qui maîtrisent ces techniques depuis plus de 50 ans. Ca a d’ailleurs été assez difficile de trouver une équipe à la fois capable et qui veuille bien consacrer autant de temps à la mise au point de nos plateaux. Notre projet leur a plu, et l’idée de travailler sur les problématiques inattendues que nous posions avec notre degré d’exigence leur offrait l’opportunité d’améliorer leurs méthodes — une vrai chance pour nous ! Les planches sont moulés à chaud sous très forte pression (180b). Les essences de bois et le sens de leurs fibres sont choisis pour conférer à chaque modèle la durabilité, le flex et la nervosité attendus. En surface, on utilise le chêne, le frêne olivier ou le noyer pour obtenir un toucher et un rendu différent. Nous travaillons ensuite sur le visuel et sur son sens; du temps et des esquisses plus tard, nous les gravons, et après quelques étapes de finition, nous les équipons avec du très bon matériel. On travaille principalement avec Polster (marque Allemande), et avec Caliber basé à Santa Cruz en Californie pour les trucks. Nous avons un panel de roues intéressantes, mais nous adorons les roues Blood Orange (issue de la descente, une vrai gomme et une finition impeccable).

 

carte_france_pictos_les_bonnes_bases

 

Maintenant que vous concevez vos propres “planches à roulettes”, quel est le sentiment que vous ressentez quand vous roulez sur une de vos planches ? Fierté non ?

Il est surtout devenu difficile de grimper sur autre chose ! On est super critique, et on a un peu l’impression d’être infidèles !! Ce qui nous enthousiasme vraiment, c’est de croiser quelqu’un qui en rider une. Ça, c’est incroyable. Chaque planche est numérotée : elle porte son année de naissance et son numéro de fabrication et son édition. Ce numéro d’identité nous permet d’archiver le propriétaire et de garder le contact : on reçoit régulièrement des photos de nos planches qui se baladent aux quatre coins du monde, ou, au contraire, qui n’ont pas quitté le salon de leurs propriétaires ! On a passé tellement de temps sur chaque planche avant de les vendre qu’on est super content d’avoir de ses nouvelles ! il y a de la vie la-dessous !

 

Dans notre échange de mails, vous m’avez clairement séduit avec cette phrase : “ LES BONNES BASES grandissent au milieu de nos passions pour le surf, la mer, notre nature puissante”. Je vous laisse m’en dire plus, l’eau à la bouche…

La mer, c’est notre centre de gravité ! Comme je le disais, c’est un dénominateur commun entre nous, et que l’on retrouve forcément dans notre travail.  On est tout au bout d’une presqu’île, bordée de trois côtes… Le littoral alterne falaises vertigineuses, ports de pêche, longues plages, criques sauvages… La nature ici est puissante, et elle fait partie de notre quotidien. Elle se laisse parfois apprivoiser, mais elle est le plus souvent indomptable. L’été, on profite du calme avant les tempêtes hivernales…  Vivre ici nous permet de vivre cette nature tous les jours. On fait pas mal de surf, de skate bien sûr, de voile mais aussi tout ce qu’un terrain de jeu aussi intéressant a à offrir (pêche, rando, trek, vélo…). Bref, quand on n’est pas au boulot, vous savez où nous trouver !

 

les_bonnes_bases_biville

 

Et si maintenant on se tourne vers l’avenir… Je suppose que vous avez des envies pour demain, des objectifs et encore plein de rêves non ?

Toujours, on est fabriqués pour ! Nous n’attendons que de progresser, alors on apprend et le temps fera le reste. On espère continuer de placer quelques planches dans les bons endroits où découvrir — des lieux de passionnés, pas exclusivement des skateshops. Notre production est très limitée, et elle le restera, ça fait aussi son charme. Nous continuerons à participer à quelques événements pour présenter nos planches, mais nous sommes pas mal absorbés par nos activités premières, nos apparitions sont donc limitées aussi !

On espère surtout continuer à faire des kilomètres sur ces bonnes bases, rencontrer du monde, et tacher de continuer à envisager ce qui s’offrira à nous avec un oeil neuf : tout est possible !

 

ok

ok2

lesbonnesbases-finitions1

lesbonnesbases-downhill

__________________________________

LES BONNES BASES

www.lesbonnesbases.ch

Facebook

Instagram

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply